RJPA MGF-ME

Les mariages d'enfants

Le mariage d’enfant est défini comme un mariage formel ou une union informelle où une ou les deux parties ont moins de 18ans.

En effet, malgré l’article 111 du code de la famille qui stipule que: « le mariage ne peut se contracter qu’entre un homme âgé de plus de 18ans et une femme âgée de plus de 16ans sauf dispense d’âge accordée pour motif grave par le président du tribunal régional après enquête. »

Les Causes des Mariages d’enfants

La lutte contre le mariage d'enfants passe par la reconnaissance des facteurs qui en sont la cause. Si les causes profondes de cette pratique diffèrent.

Les Zones les plus touchées

Avec près d’une fille sur trois qui est mariée avant son 18éme anniversaire, le Sénégal a un taux de prévalence national de 33%.

Les conséquences des mariages d’enfants

Les mariages d’enfants peuvent avoir plusieurs conséquences d’ordre différent qui peuvent impacter sur la santé l’économie et les aspects sociaux culturels.

Les dispositions juridiques pour lutter contre mariages d’enfants

Selon un rapport du ministère sénégalais de la femme, de la famille et de l’enfance : « défini comme un mariage coutumier, religieux ou légal de tout être âgé de moins de 18 ans, le mariage d’enfant a lieu avant qu’une fille ou un garçon ne soit physiquement et psychologiquement prêt à assumer les responsabilités du mariage et de la maternité ».

Cependant, les dispositions du Code de la famille en vigueur fixant l’âge minimum légal à 16 ans pour une fille et de 18ans pour le garçon  et autorisant le mariage d’une personne mineure à condition que soit justifié le consentement au mariage par la personne exerçant la puissance paternelle à son égard ne correspondent pas à cette limite d’âge.

Le mariage d’enfant n’est sanctionné que par le juge civil par l’annulation du mariage, mais devant le juge pénal, aucune sanction n’est prévue, sauf le cas où le mari consomme le mariage sur une mineure de moins de 13 ans, aux termes de l’article 300 du Code Pénal sénégalais.

S’il en résulte pour l’enfant des blessures graves, une infirmité, même temporaire, ou si les rapports ont été accompagnés de violences, le coupable sera puni d’une peine d’emprisonnement de cinq à dix ans.

Le gouvernement sénégalais plaide contre le mariage des enfants, mais la pratique est souvent enracinée dans la tradition. Les données n’indiquent pas qu’une certaine tradition religieuse serait plus à même qu’une autre de pratiquer les mariages précoces. Aucune affiliation religieuse particulière n’y est associée. Cependant, à ce jour, les chefs religieux ne se sont pas montrés de fervents opposants à cette pratique.