RJPA MGF-ME

Les mariages d’enfants constituent une violation grave des droits humains qui prive les filles de leurs droits à la santé et à l’éducation et les enferme dans un cycle de pauvreté. En effet, les filles qui sont mariées jeunes ont plus de chances d’être victimes de violence, d’abus et rapports sexuels forcés. Elles sont plus vulnérables aux infections sexuellement transmissibles y compris le VIH, et leur accès aux services de santé sexuelle et reproductive est relativement faible.

De plus une fois mariées, les filles ne sont plus en mesure d’aller à l’école et sont privées d’opportunités économiques, sans compter les grossesses précoces qui engendrent des risques de mortalité maternelle

Les normes socioculturelles et le conservatisme religieux au sein des communautés qui pratiquent le plus le phénomène constituent une entrave à la réforme du code de la famille sénégalaise en général et particulièrement de l’article 111 sur les mariages qui est discriminatoire à l’égard des filles.

A cela s’ajoute, la faible implication au niveau communautaire et une collaboration quasi inexistante entre les différents acteurs de protections des enfants, ce qui accentue le phénomène. En effet, la synergie d’action entre les différentes parties prenantes et l’implication effective au niveau communautaire s’avèrent être des stratégies incontournables de promotion de l’abandon des mariages d’enfants.

Donc il est impératif de favoriser un cadre de communication et de partage entre les acteurs qui œuvrent pour le bien-être et la protection des filles.

Ainsi, le dialogue intergénérationnel s’avère important dans le but d’impliquer toutes les couches sociales pour relever les défis liés à l’élimination des mariages d’enfants au sein des communautés.

C’est dans ce contexte que le Réseau des Jeunes pour la Promotion de l’Abandon des Mutilations Génitales Féminines et des Mariages d’Enfants à travers sa campagne « Pouvoir aux filles », financée par la plateforme « Filles, Pas Epouses », a décidé d’organisé un dialogue intergénérationnelpour créer un espace de discussion entre les parents et les jeunes.

Ce dialogue a vu la participation de beaucoup de personnes issus des différentes composantes de la couche sociale à savoir des Jeunes des femmes des autorités locales ainsi que religieuses qui à travers différentes ont pu dialoguer sue ce problème qui gangraine la communauté sénégalaise particulièrement le département de Pikine. Cette rencontre a permis de  favoriser des échanges entre générations en vue de contribuer à la réduction des mariages d’enfants et de déconstruire les barrières liées à la scolarisation des filles.