Projet CRDI : "SAM, AAR NDAW YI AK DJIGUENE YI"

Projet CRDI: " SAM, AAR NDAW YI AK DJIGUENE YI"


Parler de santé de la reproduction des adolescents et des jeunes revient à s’intéresser aux facteurs de vulnérabilité. En effet, les jeunes et adolescents sont de plus en plus exposés aux grossesses précoces, IST et VIH/SIDA du fait de leur sexualité précoce. Pour cela, il est donc primordial de s’intéresser à l’accès des jeunes à l’information et aux services de santé de qualité adapté à leur besoin.
Les victimes de violences basées sur le genre dont les mariages d’enfants sont confrontés à des problèmes tels que : les grossesses précoces ou non désirées, les mortalités infantiles et/ou néonatales, les infanticides, etc.
En effet, selon l’EDS continue de 2017, le phénomène du mariage des enfants est très répandu au Sénégal avec des taux plus élevés dans certaines régions comme Ziguinchor (55 %). Le phénomène est plus accentué en milieu rural (49,3%) qu’en milieu urbain (16.9%) et plus courant dans les ménages pauvres.
Dans le contexte du mariage d’enfant, il ressort souvent un manque de consentement de la fille qui est mariée à un âge où son corps n’a pas encore atteint sa croissance normale. La fille n’est pas prêtre physiquement et psychologiquement à un mariage. Elle ne connait même pas encore les aspects liés à son corps (cycle menstruel, puberté, etc.) Etant mariée très tôt, elle peut tomber enceinte au moment où elle s’y attend le moins alors que son corps n’est pas apte à développer une grossesse. Ce qui peut engendrer des complications pour la fille telles que : les fistules obstétricales, des troubles psychologiques, une mortalité maternelle et/ou néonatale, etc.
A cela, s’y ajoute le faible taux de fréquentation des adolescentes des services de santé sexuelle et reproductive dû le plus souvent aux pesanteurs socio-culturelles, à la peur de la stigmatisation, du doits accusateur de la société. Tirer du plan stratégique de la santé sexuelle et de la reproduction des adolescent (e)s /jeunes au Sénégal (2014-2018).
Alors que c’est un droit pour toute personne de recevoir tous les soins de santé de la reproduction sans discrimination fondée sur l’âge, le sexe, le statut matrimonial, l’appartenance à un groupe ethnique ou religieux.
Au vu des points énumérés, il est essentiel de mettre en œuvre des stratégies de lutte afin de protéger les jeunes car il est plus que nécessaire de faire de la prévention un cheval de lutte contre les VBG particulièrement les mariages d’enfants chez les jeunes.
Pour apporter une réponse aux différents problèmes identifiés, le Réseau des Jeunes pour la promotion de l’abandon des mutilations génitales féminines et des mariages d’enfants (RJPA-MGF/ME) a bénéficié d’un financement du programme « ADOS » financé par le Centre de Recherches pour le Développement International (CRDI) pour mettre en œuvre le projet dénommé « promotion de la santé sexuelle et reproductive des adolescents et des jeunes et lutte contre les violences basées sur le genre « SAM, AAR NDAW YI AK DJIGUENE YI » dans la région de Ziguinchor pour une durée de 04 ans (2021-2024).
Pour marquer le début des activités du projet, le Réseau des Jeunes pour la promotion de l’abandon des MGF/ME compte organiser une journée de lancement officiel et de présentation du projet aux autorités administratives, locales, aux services déconcentrés de l’Etat et aux associations et mouvements de jeunes de la région de Ziguinchor. Cette rencontre aura pour principal objectif d’informer les parties prenantes clés sur les objectifs et résultats du projet afin de susciter leur engagement mais aussi favoriser leur collaboration et contribution pour la réussite des activités du programme.
Nous avons comme objectif général de présenter, informer et partager avec les autorités administratives, locales, les services déconcentrés de l’Etat, les associations et les mouvements de jeunes de la région de Ziguinchor sur les objectifs et résultats attendus du projet afin de susciter leur engagement mais aussi favoriser leur collaboration et contribution pour la réussite des activités du programme.
L’activité s’est déroulée du 10 au 12 Juin à Ziguinchor et a regroupé les autorités administratives, locales, les services déconcentrés de l’Etat et les associations et mouvements de jeunes de la région. La journée de lancement a été présidée par le Gouverneur de la région, le Maire de la Ville, le Président du conseil départemental, le Président du conseil régional de la jeunesse, de l’Inspecteur Régional le Jeunesse et le Secrétaire Exécutif du Réseau des Jeunes.
Après le lancement, s’en est suivi un atelier de formation de 3 jours sur l’amélioration des connaissances et compétences de 50 jeunes sur la santé de la reproduction et les techniques d’animation de causerie. Cet atelier de formation permettra une meilleure connaissance du Réseau par les parties prenantes, le recueil de recommandations et suggestions des participants pour l’amélioration de la mise en œuvre du projet et la mise en place d’un comité de pilotage du projet.

One Comment

HYACEINTHE COLY

12 octobre 2021

merci t toutes mes félicitations

Leave a Reply